Une équipe de médecine familiale optimise son DME.

À l’heure actuelle, 85 % des médecins de première ligne au Canada utilisent un DME. On peut donc affirmer sans se tromper que le DME fait maintenant partie intégrante du système de santé canadien. Jumelé aux bons outils, le DME devient une puissante plateforme numérique qui facilite le travail des professionnels de la santé et rehausse la qualité des soins.

L’équipe Santé familiale (ESF) Toronto Western développe continuellement le potentiel de son DME. Depuis plus de 10 ans, elle utilise Suite SC et des extensions de DME pour gérer ses données, communiquer avec des fournisseurs de soins et d’autres spécialistes, et échanger avec ses patients.

Faisant partie du University Health Network (UHN), l’ESF Toronto Western offre des services de médecine familiale à quelque 27 000 patients à deux endroits à Toronto : la clinique Bathurst, un établissement universitaire situé à l’hôpital Toronto Western, qui reçoit un millier de patients par semaine, et Garrison Creek, à Oakwood et Vaughan, qui reçoit 550 visites par semaine – un nombre qui va en augmentant.

Sandra Palmer, spécialiste en processus décisionnel visant l’amélioration de la qualité, gère des projets et des DME aux deux endroits. Elle est toujours à la recherche de nouvelles technologies et de nouveaux logiciels pour accroître l’efficacité, la sécurité et la qualité des soins.

« Nous savons que les fonctionnalités de notre DME ont des répercussions énormes sur nos patients, affirme-t-elle. Nous faisons tout en notre pouvoir pour utiliser des technologies qui s’intègrent directement avec le DME, comme DME Mobile, PrescripTIon, MedDialog, le Système d’information de laboratoire de l’Ontario (SILO) et les outils de gestion participative du patient d’Ocean par CognisantMD. »

Des outils de gestion participative du patient pour garantir l’exactitude des données et gagner du temps.

En 2014, CognisantMD a lancé un premier produit Ocean : une tablette de salle d’attente pour les patients. Grâce à elle, les patients peuvent remplir leur formulaire d’admission, modifier leurs renseignements personnels et fournir un historique détaillé, et ainsi mettre automatiquement à jour leur dossier médical électronique.

Constatant l’utilité des tablettes pour améliorer le rapport avec le patient, assurer l’exactitude des données et gagner du temps, Sandra les a immédiatement introduites dans les cliniques de l’ESF Toronto Western. Elle apprécie particulièrement la souplesse qu’offrent les tablettes pour soutenir les processus internes et apporter des changements sur-le-champ.

« L’équipe a choisi les questions de dépistage posées aux patients. En fonction des réponses du patient, nous enchaînons avec des questions additionnelles. Par exemple, si un patient de plus de 40 ans fume la cigarette, nous lui posons des questions pour dépister la MPOC. Ces renseignements sont automatiquement consignés dans le dossier médical électronique du patient, de façon à ce que tous les membres de l’équipe médicale puissent les consulter. »

L’adoption des tablettes Ocean marquait le début d’une longue relation symbiotique. À mesure que CognisantMD lance de nouveaux produits, Sandra les ajoute au DME de la clinique. « Par la suite, nous avons installé, dans les salles d’attente, des bornes où les patients peuvent s’inscrire eux-mêmes. Le personnel à l’accueil avait des réticences au début, mais il a depuis constaté que les bornes lui laissaient plus de temps pour d’autres tâches. »

« Nous utilisons aussi les rappels de rendez-vous automatisés, le publipostage par courriel et les sondages, qui nous permettent d’en savoir plus sur l’expérience des patients. »

Le prochain produit sur la liste est l’outil de prise de rendez-vous en ligne d’Ocean, grâce auquel les patients pourront prendre rendez-vous eux-mêmes au moyen d’un téléphone, d’une tablette ou d’un ordinateur.   

Les fonctionnalités du DME évoluent sans cesse. Que nous réserve donc l’avenir?

Les développeurs sont toujours à la recherche de nouveaux outils numériques pour mettre en contact patients, personnel soignant et spécialistes, et pour enrichir les fonctionnalités du DME. À quelles nouveautés peut-on s’attendre? Sandra espère certaines améliorations précises.

« Nous aurions grand besoin d’un outil d’orientation ou d’un gestionnaire de mouvement intégré à Suite SC. Nous pourrions ainsi communiquer avec les patients après leur arrivée à la clinique pour leur faire savoir que leur médecin les attend dans telle ou telle salle. »

L’équipe aimerait avoir accès à d’autres moyens de communication que la messagerie instantanée.  « Par exemple, il arrive souvent que les médecins aient besoin d’une infirmière à l’improviste. Leur seul moyen de communiquer ce besoin est de trouver physiquement une infirmière ou d’envoyer un message instantané », explique Sandra.

Elle verrait aussi d’un bon œil l’intégration d’un logiciel de gestion des appels pour en savoir plus sur les appels entrants et en améliorer le suivi, ainsi que de solutions pour répondre aux exigences de sécurité au travail, comme la documentation des comportements à risque, et de stratégies de désescalade et d’apaisement.

À l’heure où les plateformes de DME évoluent et s’accompagnent d’innovations, une chose est sûre : les équipes comme l’ESF Toronto Western vont continuer de miser sur leur DME pour échanger avec les patients, élargir l’accès aux soins et améliorer l’expérience en clinique.

  • Restez informé

    Recevez des articles sur les dernières tendances en matière de soins de santé directement dans votre boîte de courriel.
    Votre source d'informations sur la santé numérique

    Abonnez-vous à Pulsations cliniques et soyez informé des actualités et des tendances dans le secteur des soins de santé numériques, et ce, à même votre boîte courriel.