Le système canadien de soins de santé primaires est-il révolu?

Les problèmes qui assaillent les fournisseurs de soins et les patients suggèrent une réforme de fond en comble du système de soins de santé au Canada.

Il existe un certain consensus selon lequel l’encadrement actuel des soins primaires au Canada ne fonctionne tout simplement pas. Le sondage international du Fonds du Commonwealth auprès des médecins de soins primaires révèle que le Canada demeure sous la moyenne pour 19 des 28 indicateurs en matière de soins, dont l’accès aux soins, la continuité des soins, l’adoption des technologies de l’information et les mesures de la performance[1].

Durant les élections québécoises de 2018, les électeurs ont fait de l’amélioration du programme de soins de santé leur enjeu prioritaire (en anglais seulement). Entre-temps, des provinces comme l’Alberta, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique prennent les devants et commencent à modifier leurs programmes de soins primaires.

Les réformes provinciales ne peuvent toutefois répondre entièrement aux problèmes fondamentaux et systémiques qui rongent le système de santé canadien. À l’échelle nationale, ce système devrait :

  • Faciliter une coordination transparente des soins avec les services sociaux, d’autres intervenants de la communauté et les spécialistes
  • Accélérer l’accès pour chaque Canadien, notamment le soir et le week-end
  • Proposer aux patients des outils de gestion de leurs renseignements médicaux
  • Intégrer les pharmaciens aux équipes de soins primaires
  • Susciter et accélérer l’innovation en soins de santé au Canada

Obstacles à l’évolution des soins primaires au Canada

Les fournisseurs et les patients s’entendent sur plusieurs enjeux entravant la création d’un système pancanadien de soins efficaces et exhaustifs, dont les suivants :

  • Flou en matière de surveillance des résultats – Les médecins ne sont pas tenus de signaler certains résultats pour les patients. Sans une définition formelle de cette responsabilité, il est impossible de collecter les données et de mesurer les résultats.
  • Lacunes dans la continuité des soins d’un fournisseur à l’autre – Un continuum de soins idéal repose sur des communications efficaces entre les équipes, un partage rapide de l’information et une transition fluide entre les programmes de soins.
  • Délai d’accès aux spécialistes – Les longs délais pour consulter un spécialiste et l’indécision quant au bon choix de recommandation peuvent retarder la prestation des soins nécessaires.
  • Accès limité aux soins après les heures de travail – L’accès rapide aux soins primaires demeure problématique, surtout après les heures de travail et la fin de semaine. À cela s’ajoutent les options de télésanté et de communications par courriel avec les médecins, rarement offertes aux patients.
  • Manque d’outils d’autogestion de la santé – La possibilité de surveiller soi-même des indicateurs clés de sa santé, comme la tension artérielle, peut favoriser une meilleure prise en charge par le patient et réduire les visites chez le médecin. Dans le même ordre d’idées, un portail web pour les patients peut améliorer les résultats lorsqu’on doit voir un médecin à l’étranger, et permettre la mise à jour de renseignements, comme les coordonnées des personnes à contacter en cas d’urgence et l’information sur les allergies.
  • Sous-utilisation des services de pharmaciens – Les pharmaciens sont des membres importants de l’équipe de soins primaires. Ayant accès aux renseignements complets et actuels sur les ordonnances, ils peuvent conseiller les patients, leur prescrire certains médicaments ou effectuer des bilans comparatifs des médicaments, et réduire ainsi le nombre de visites chez le médecin.

Le Canada : mauvais élève au chapitre de l’innovation dans le secteur de la santé

Le système canadien de soins de santé primaires est révolu. Régulièrement, les innovateurs du secteur au Canada se font suggérer de proposer leurs visions aux Américains parce que le système canadien est peu ouvert aux nouvelles idées.

Heureusement, certaines provinces agissent en pionnières et ouvrent la voie à l’innovation. Le dossier médical électronique a d’abord été adopté en Alberta. La Saskatchewan a mis en œuvre un portail de renseignements sur la santé des citoyens (CHIP) qui intègre les dossiers personnels des patients au système existant de cybersanté, ce qui leur donne accès à leurs propres renseignements médicaux. En Colombie-Britannique, les initiatives en télésoins à domicile facilitent la prestation des soins dans les collectivités (article en anglais seulement). L’évolution du système canadien de soins de santé passera par une reconnaissance juste de ces nombreuses initiatives, provinciales ou autres, et par leur adaptation à l’échelle du pays.

D’autres indices pointent vers des changements imminents. En septembre dernier, TELUS Santé a annoncé la création d’une solution de soins virtuels qui relie numériquement patients et médecins. Ce service réduira l’écart d’accès aux soins de santé pour les personnes en région, les gens à mobilité réduite et les patients qui n’ont pas accès à des soins non urgents en dehors des heures normales, sans oublier les 5 millions de Canadiens qui n’ont pas de médecin de famille.

De plus, un programme pilote sur les maladies rares a été lancé par Genome Canada. Il vise la mise en œuvre en milieu clinique de la santé de précision au Canada (en anglais seulement). Cette approche tient compte de la composition génétique unique du patient, de ses antécédents médicaux et de son style de vie pour établir un plan de traitement et des stratégies préventives uniques. Il s’agit d’un premier pas vers la mise en place de programmes nationaux en santé de précision pour tous les Canadiens.

Un vent de transformation souffle sur le secteur des soins de santé au Canada et nous sommes en position de force pour multiplier le potentiel de ces nouvelles connaissances et technologies. Il est primordial que l’ensemble des patients et fournisseurs de soins de santé au Canada puissent se joindre à ce mouvement.

Apprenez-en davantage sur la réforme des soins primaires au Canada

Source :
[1] Résultats du Canada : Enquête internationale 2015 du Fonds du Commonwealth sur les politiques de santé auprès des médecins de soins primaires, ICIS, janvier 2016

Lecture connexe :

Les soins virtuels orientent le futur des soins de santé

  • Restez informé

    Recevez des articles sur les dernières tendances en matière de soins de santé directement dans votre boîte de courriel.
    Votre source d'informations sur la santé numérique

    Abonnez-vous à Pulsations cliniques et soyez informé des actualités et des tendances dans le secteur des soins de santé numériques, et ce, à même votre boîte courriel.