L’Alberta imite la Colombie-Britannique en adoptant un programme de substitution de médicaments par des biosimilaires.

Suivant les traces de la Colombie-Britannique, l’Alberta est devenue, le 12 décembre dernier, la deuxième province canadienne à mettre en œuvre un programme de substitution obligatoire pour certains médicaments biologiques. 

Les patients concernés de l’Alberta ont jusqu’au 1er juillet 2020 pour passer à un médicament biosimilaire s’ils souhaitent continuer à bénéficier de la couverture du régime public d’assurance médicaments. L’initiative de l’Alberta en matière de biosimilaires s’applique aux produits biologiques d’origine suivants : Enbrel (étanercept) pour les affections inflammatoires, Remicade (infliximab) pour les affections gastro-intestinales et inflammatoires, Lantus (insuline glargine) pour le diabète, ainsi que Neupogen (filgrastim) et Neulasta (pegfilgrastim), tous deux pour des troubles du sang. Le programme comprend aussi Copaxone (acétate de glatiramère) pour la sclérose en plaques, qui est un médicament complexe non biologique.

Les femmes enceintes sont dispensées de faire la substitution pendant la période de transition. Les médecins peuvent également demander une couverture exceptionnelle du médicament d’origine pour d’autres patients, s’ils peuvent en démontrer la nécessité fondée sur des raisons médicales.

L’Alberta, qui s’attend à ce que l’augmentation de l’utilisation des biosimilaires permette d’économiser entre 227 et 380 millions de dollars au cours des quatre prochaines années, a indiqué que les économies réalisées seront réinvesties dans d’autres services de santé.

Dans l’intervalle, les données préliminaires sur les demandes de règlement au regard de l’initiative de la Colombie-Britannique en matière de biosimilaires semblent soulever plus de questions que de réponses. Cinq mois après la période de transition de six mois pour la première phase du programme, les données indiquent que plus de la moitié des patients concernés n’ont pas fait la substitution. Du moins, pas encore.

Le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique a lancé son initiative en matière de biosimilaires le 27 mai 2019. La première phase touchait environ 20 400 patients traités par Lantus (insuline glargine), Enbrel (étanercept) et Remicade (infliximab, pour des indications autres que gastro-intestinales). Ils avaient jusqu’au 25 novembre 2019 pour obtenir une nouvelle ordonnance pour un produit biosimilaire afin de continuer à bénéficier de la couverture du régime d’assurance médicaments (PharmaCare) de la Colombie-Britannique.

En date du 31 octobre, moins de la moitié des patients avaient remplacé leur médicament par un biosimilaire, selon l’édition du 26 novembre du bulletin du régime PharmaCare de la Colombie-Britannique. Seulement 29 % des 18 400 patients qui utilisaient Lantus avaient remplacé leur médicament par un biosimilaire, alors que 46 % des 2 000 utilisateurs d’Enbrel et 48 % des 400 utilisateurs de Remicade l’avaient fait.

D’autres substitutions devraient avoir lieu au cours des prochains mois, à mesure que les ordonnances pour les produits biologiques viendront à échéance. Les patients pourront alors commencer à recevoir une ordonnance pour un biosimilaire. Cependant, il reste à voir si cette cohorte de patients sera suffisamment importante pour compenser le nombre relativement élevé de ceux qui n’ont pas remplacé leur médicament. Autrement, seul le temps dira si ces patients n’ont pas encore vu leur médecin afin d’obtenir une nouvelle ordonnance ou s’ils se tournent plutôt vers un régime privé pour bénéficier d’une couverture.

La deuxième phase du programme de la Colombie-Britannique a été lancée le 5 septembre pour les patients qui utilisent Remicade pour des indications gastro-intestinales. Ces patients ont jusqu’au 5 mars 2020 pour passer à un médicament biosimilaire s’ils souhaitent continuer à bénéficier de la couverture du régime PharmaCare.

  • Restez informé

    Recevez des articles sur les dernières tendances en matière de soins de santé directement dans votre boîte de courriel.
    Votre source d'informations sur la santé numérique

    Abonnez-vous à Pulsations cliniques et soyez informé des actualités et des tendances dans le secteur des soins de santé numériques, et ce, à même votre boîte courriel.