Après 2020 : Voici le médecin du futur.

Doctor of the future_Image

Dans le secteur de la santé, les agents du changement œuvrent constamment pour refaçonner ce que nous considérons comme habituel et offrir des soins plus rapidement, plus facilement, et davantage centrés sur le patient.

Il n’y a pas si longtemps, l’auscultation manuelle était le seul moyen d’évaluer la cause d’une douleur abdominale, un patient ayant subi une intervention chirurgicale de la cataracte devait prendre une semaine de convalescence plutôt qu’une journée, et en cas de crise d’asthme, les patients devaient être hospitalisés.

À ce jour, les médecins peuvent détecter les problèmes de santé avec plus de précision et effectuer des interventions chirurgicales précises et moins invasives, parfois directement dans leur bureau. Dans le même ordre d’idées, les patients atteints de maladies chroniques, comme l’asthme et le diabète, disposent de meilleurs outils pour gérer leurs propres soins.

C’est la réalité d’aujourd’hui. Que réserve l’avenir?

Trois médecins canadiens nous font part de leurs espoirs concernant l’avenir des soins de santé et de leur point de vue sur la forme que pourrait prendre la nouvelle frontière.

Des soins simplifiés nécessitant moins de visites en clinique

La Clinique médicale Saint-Louis, au service de 46 000 patients, est la plus vaste clinique de l’est de la ville de Québec. Chaque jour, un flot régulier de patients se présentent au cabinet du Dr Hugo Morin, qui envisage un avenir comptant plus d’heures par jour. « Je dois examiner toujours plus de patients, j’ai beaucoup de travail, mais jamais plus de temps pour l’effectuer, indique-t-il. Nous devons nous améliorer, surtout en ce qui concerne la communication et les suivis avec les patients. »

Selon le Dr Morin, le manque de temps est le principal obstacle à l’innovation. « Nous passons nos journées à effectuer des tâches administratives et à examiner des patients. Nous disposons de peu de temps pour réfléchir à la manière dont nous pourrions travailler plus intelligemment afin d’obtenir de meilleurs résultats. Nous devons tenir ces discussions. »

Un pas dans la bonne direction est l’adoption de la solution complémentaire de dossier médical électronique PetalMD en clinique. Cette solution permet aux patients de prendre leurs rendez-vous en ligne, et au personnel et aux médecins de gérer leur horaire et de réduire les délais d’attente. Bientôt, la clinique prévoit ajouter une borne permettant aux patients de s’auto-inscrire à leur arrivée.

Le Dr Morin souhaiterait disposer de fonctions qui lui donneraient la liberté requise pour passer plus de temps avec ses patients. « Je consacre la moitié de mon temps à la prise de notes. Lorsque je travaille à l’urgence, je rédige des documents qui sont ensuite rangés dans un dossier de la salle d’archives. »

Dans dix années, le DMorin imagine un continuum de soins simplifié. « Le stéthoscope deviendra obsolète. Il sera remplacé par des outils sophistiqués qui permettront aux médecins de diagnostiquer une maladie chez un patient en une seule visite au lieu de le contraindre à se rendre dans plusieurs établissements. Les médecins apprennent déjà à produire leurs propres échographies. Les patients recevront un traitement approprié et efficace plus rapidement. En définitive, il s’agit d’offrir les meilleurs soins afin d’obtenir de meilleurs résultats en santé. »

Permettre aux patients de participer plus activement à leur programme de soins

Le Dr Michel Hébert, pionnier en matière d’avancées en santé, occupe le poste de directeur médical à TELUS Santé; il est le fondateur de Kinlogix DME et le copropriétaire et exploitant de La Cité Médicale. Une des premières cliniques au Québec à devenir entièrement numérique, La Cité Médicale est un environnement test de DME pour les innovations technologiques, comme l’application TELUS DME Mobile, et les programmes gouvernementaux, comme la demande de consultation électronique et le registre de vaccination. La clinique consulte 120 fournisseurs de soins de santé et assure la mise en œuvre et l’essai de leurs besoins spécialisés de DME.

Le Dr Hébert croit que l’innovation en soins de santé découle du besoin d’autonomiser et de mobiliser le patient. « Les patients ont besoin d’obtenir des diagnostics plus précis, de consacrer moins temps au traitement, d’accéder à leurs dossiers et de participer à la prise en charge de leur santé. Les médecins veulent prendre les meilleures décisions, mais le patient concerné doit faire partie du processus », affirme-t-il.

Les nouvelles technologies s’efforcent de créer ce que le Dr Hébert appelle « la tempête parfaite » afin de redéfinir le système de santé pour le centrer davantage sur le patient. « Les solutions de DME structurent l’information de sorte que tous les membres de l’équipe de soins du patient puissent facilement y accéder et l’utiliser. La technologie prêt-à-porter et les autres appareils connectés permettent aux patients de surveiller leurs signes vitaux en temps réel. Plus de données que nous l’imaginions sont à notre disposition. » Parallèlement, les progrès de la génétique et de la pharmacogénomie ouvrent un nouveau chapitre en médecine de précision. « Il existe d’importantes avancées pour la clinique de demain », indique-t-il.

En ce qui concerne l’avenir, le Dr Hébert imagine une consultation avec les patients de nature très différente. « L’examen physique deviendra moins courant. Lorsque j’ai commencé à pratiquer la médecine, nous devions nous fier à l’auscultation manuelle. Maintenant, grâce aux outils d’analyse, nous pouvons poser un diagnostic de façon différente. De plus, grâce aux soins virtuels, les patients n’auront pas besoin de se présenter au cabinet de leur médecin. »

Il prévoit également la fin des pratiques cloisonnées. « Des centres de soins de santé offriront des soins intégrés au même endroit. Nous ne pouvons continuer de demander aux patients de se déplacer à différents endroits pour obtenir un traitement. À terme, le patient sera le moteur de sa santé », indique-t-il.

La prévention des maladies se traduit par un avenir plus sain

Lorsqu’on lui parle de l’innovation dans le secteur des soins de santé, le Dr Brendan Byrne, conseiller à TELUS Santé, créateur de Wolf DME et cofondateur de Wellness Garage, une clinique unique de médecine du mode de vie, précise : « il est coûteux et chronophage de prouver que ce que nous avons fait est meilleur. Il faut 14 ans entre le moment de la création de quelque chose de nouveau et de son adoption à grande échelle. Parallèlement, le nombre de maladies chroniques continue d’augmenter.

Nous devrions tenter l’expérience avec des organisations de petite envergure qui peuvent innover et produire des résultats plus rapidement », explique le Dr Byrne. Il croit que les soins de santé auraient avantage à être articulés autour des populations de patients plutôt que des établissements. « Nous savons déjà que les patients atteints de diabète de type 2 sont plus vulnérables aux maladies cardiaques. Pourquoi envoyer le patient consulter cinq médecins différents? »

Le Dr Byrne croit essentiellement que les fournisseurs de soins de santé doivent faire de leur mieux pour prévenir les maladies. « Plus que jamais, il est possible de manger sainement et de prendre soin de soi. Pourtant, les gens sont de plus en plus sédentaires, stressés et engagés dans des relations numériques et mangent de plus en plus d’aliments transformés. Ces habitudes de vie sont les principaux facteurs à l’origine des maladies chroniques, qui représentent 80 % des dépenses en soins de santé   », estime le Dr Byrne.

Malgré l’utilisation sans cesse croissante de la technologie en santé, la pensée critique demeurera toujours importante. La technologie aidera les médecins à comprendre les situations et les probabilités de contracter certaines maladies. Les décisions liées aux soins aux patients seront toujours basées sur une combinaison d’expérience, d’observations et de compassion. « Nous sommes bien loin de l’apprentissage automatique qui a la capacité de prendre des décisions de santé. »

Il s’agit d’une période de transformation, tant pour les soins de santé au Canada que pour les patients. Pendant que les nouvelles technologies et les innovations s’imposent à nous, les intervenants de première ligne rêvent d’un avenir dans lequel le patient est un partenaire dans les soins qui lui sont prodigués. Ils rêvent aussi d’outils qui permettront de poser plus rapidement des diagnostics et de fournir des soins plus efficaces et de meilleurs résultats.

 

  • Restez informé

    Recevez des articles sur les dernières tendances en matière de soins de santé directement dans votre boîte de courriel.
    Votre source d'informations sur la santé numérique

    Abonnez-vous à Pulsations cliniques et soyez informé des actualités et des tendances dans le secteur des soins de santé numériques, et ce, à même votre boîte courriel.