TELUS Santé présente l’autorisation préalable électronique.

L’autorisation préalable électronique (APE), qui a fait ses débuts au Canada, devrait être offerte à grande échelle dès les premiers mois de 2021. « C’est un premier pas important vers une solution qui facilitera les choses tant pour les compagnies d’assurance que pour les médecins prescripteurs, afin d’accélérer l’accès aux médicaments pour les patients inscrits à un régime », affirme Jason Kennedy, directeur, services de consultation pour le secteur de la santé chez TELUS Santé.

Canada Vie et Innomar Strategies, un programme d’élaboration de programmes de soutien aux patients (PSP), ont conclu un accord avec TELUS Santé pour mener à bien l’essai de la solution d’APE au cours des six prochains mois, de novembre à avril. « Pendant cette période, nous évaluerons minutieusement la technologie et le processus employés, et apporterons les ajustements nécessaires pour l’améliorer, explique Jason Kennedy. Nous sommes convaincus que cette technologie est fiable, mais comme il s’agit d’une véritable transformation du processus, nous avons hâte de recevoir les commentaires de Canada Vie et d’Innomar, aux premières lignes. »

Si les intervenants de l’industrie parlent du besoin d’introduire l’APE depuis des années, elle est aujourd’hui plus nécessaire que jamais. « Dans le nouveau monde qu’est celui de la COVID, cette solution s’inscrit dans le nouveau virage numérique et virtuel des soins de santé. Grâce, notamment, à l’utilisation des signatures électroniques du médecin et du patient, on offre une solution de remplacement pour une étape qui s’effectue habituellement en personne », note Jason Kennedy.

Comment fonctionne l’APE.

Les médecins et le personnel du PSP accèdent à un portail Web pour remplir les formulaires qui s’imposent, y apposer leur signature électronique et envoyer des documents électroniques directement à l’assureur aux fins de traitement. Le médecin peut également demander à ce que le fournisseur du PSP remplisse la partie médicale du formulaire d’autorisation préalable en son nom, afin qu’il n’ait qu’à y ajouter sa signature électronique.

Cette solution est conçue pour intégrer des algorithmes de vérification automatisés aux demandes d’autorisation préalable. Dans de tels cas, l’algorithme permettra d’évaluer les critères cliniques en temps réel et suggérera à l’assureur une décision immédiate concernant la demande d’autorisation préalable. Celui-ci aura le choix de suivre ou pas cette recommandation, qui ne sera pas obligatoire.

Au cours de la phase d’essai, l’APE de TELUS Santé touchera principalement trois molécules médicamenteuses. Une fois passée cette première étape, TELUS Santé travaillera aux côtés d’assureurs et de PSP pour inclure de nouvelles molécules. « L’objectif ultime, bien sûr, serait que toutes les molécules préalablement autorisées puissent faire l’objet d’une APE, même si cela prendra du temps. Les prochaines étapes seront planifiées en collaboration avec chaque compagnie d’assurance, au cas par cas », explique Jason Kennedy.

Les formulaires d’APE pourront être adaptés de façon à respecter les critères propres à chaque assureur. Cela dit, TELUS Santé travaillera avec ces derniers en parallèle pour établir, dans la mesure du possible, des normes d’industrie cohérentes.

Coûts et économies.

L’établissement du prix se fera après la phase d’essai. Comme il s’agit d’une étape déterminante dans la numérisation du parcours du patient, l’objectif n’en est pas un d’économie de coûts. Les avantages potentiels que représentent la signature électronique des patients et des médecins, l’accès à des données électroniques susceptibles de contribuer à la prise de décisions, et la réduction du travail en double et des tâches non productives liées au format papier (rendues nécessaires par les renseignements manquants et l’écriture parfois illisible), qui entraînent une foule d’allers-retours à chaque étape, permettront d’accélérer la prise de décision de l’assureur. Tous ces éléments seront évalués pendant la phase d’essai. « Résultat, le processus de bout en bout sera beaucoup plus efficace, ce qui va améliorer l’intégrité et la constance des données », ajoute Jason Kennedy. « Les données elles-mêmes seront beaucoup plus accessibles – donc exploitables, dit-il. Les compagnies d’assurance pourront se fier à des rapports mieux garnis pour prendre de meilleures décisions et, à long terme, améliorer la structure des régimes d’assurance. »

Intrigué?

Une fois la phase d’essai de six mois terminée, en avril 2021, il est prévu que l’APE de TELUS Santé sera commercialisé pour être offerte à d’autres assureurs et à d’autres fournisseurs de PSP. « Nous cherchons à proposer une solution attrayante et avantageuse pour tous les intervenants, afin d’avoir un public prêt à l’utiliser peu après la fin de la période d’essai », explique Jason Kennedy.

À cette fin, TELUS Santé invite les assureurs, les fournisseurs de PSP et les fabricants de produits pharmaceutiques à poser leurs questions durant la période d’essai. Pour en savoir plus sur l’APE de TELUS Santé, cliquez ici.

  • Restez informé

    Tous les plus récents articles envoyés directement dans votre boîte de réception.
    S’inscrire

    Nous allons vous envoyer des newsletter
    Toutes les communications vous seront faites de la part de TELUS Santé.

    Tous les champs sont obligatoires