Les jeunes employés et le stress au travail : un appel à l’action.

Les plus jeunes adultes sur le marché du travail aujourd’hui, ceux qui ont entre 18 et 34 ans, sont plus susceptibles de signaler des niveaux de stress élevés que ceux qui ont 55 ans et plus. C’est l’un des principaux constats du Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé de cette année, qui suggère que les jeunes employés peuvent être plus affectés par le stress au travail que leurs collègues plus âgés.

Le sondage indique que les participants âgés de 18 à 34 ans (34 %) sont plus susceptibles de déclarer des niveaux de stress élevés que ceux âgés de 55 ans et plus (22 %). Les participants de 18 à 34 ans (42 %) sont également beaucoup plus nombreux que les 55 ans et plus (23 %) à dire qu’ils se sont sentis physiquement malades en raison du stress. La moitié des jeunes employés ont pris au moins un jour de congé de maladie en raison du stress au cours de l’année écoulée et près de la moitié sont également arrivés en retard ou partis plus tôt du travail pour cette même raison ; c’est plus de deux fois plus que pour les employés plus âgés.

Source : Rapport 2020 sur les tendances et références canadiennes en matière de consommation de médicaments de TELUS Santé

Les spécialistes du secteur reconnaissent que ce résultat est déconcertant et nécessite l’attention de toutes les parties prenantes. Cette situation peut avoir des répercussions importantes pour les employeurs et les organisations, principalement en raison des coûts médicaux élevés et des prestations d’invalidité liées aux problèmes de santé mentale qui peuvent survenir en raison d’un niveau de stress élevé. Les coûts indirects des troubles de santé mentale peuvent se traduire par une perte de productivité, de l’absentéisme, une productivité réduite, un surcroît de stress pour les membres de l’équipe, ainsi que des coûts de recrutement, d’embauche et de formation.

On constate depuis quelque temps une augmentation constante des troubles de la santé mentale chez les adolescents et les jeunes adultes. Maintenant que cette génération entre sur le marché du travail, on observe une évolution au niveau des données relatives aux demandes de règlement liées aux maladies mentales. Selon le Rapport 2020 sur les tendances et références canadiennes en matière de consommation de médicaments de TELUS Santé, l’année 2019 a connu la plus forte augmentation des cinq dernières années sur le plan des coûts admissibles moyens pour les régimes privés d’assurance médicaments. L’un des principaux constats du rapport est l’utilisation accrue de médicaments pour traiter les problèmes de santé mentale; les antidépresseurs représentant le plus grand nombre de demandes de règlement. Le rapport indique que les régimes privés ont enregistré des hausses d’au moins 10 % des coûts admissibles des demandes de règlement de Canadiens assurés de moins de 29 ans. « Nous voyons davantage de demandes de règlement liées à des problèmes de santé mentale, ainsi qu’au trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité dans cette cohorte d’âge », explique Jason Kennedy, directeur, services de consultation pour le secteur de la santé chez TELUS Santé.

Bien que cela soit alarmant, il ne s’agit pas nécessairement que de mauvaises nouvelles. Ces chiffres plus élevés peuvent également indiquer que les stratégies de sensibilisation mises en place ces dernières années sont efficaces. « La sensibilisation aux questions de santé mentale a augmenté au cours de la dernière décennie, et les sentiments de stigmatisation ont diminué considérablement. Contrairement aux générations précédentes, les jeunes d’aujourd’hui sont moins susceptibles de penser qu’ils sont invincibles et plus susceptibles de reconnaître qu’ils ont besoin d’aide », indique M. Kennedy. Ainsi, même si les jeunes employés font état de niveaux de stress plus élevés, l’augmentation des demandes de règlement peut également indiquer qu’ils sont plus disposés à demander rapidement l’aide dont ils ont besoin. Alors que la stigmatisation entourant la maladie mentale commence à s’atténuer, les jeunes employés sont plus susceptibles de demander de l’aide et d’accéder à un traitement plus tôt — ce qui peut avoir un impact positif sur les pertes de productivité et générer des économies à long terme.

Les employeurs, les assureurs et les organisations ont déjà commencé à se pencher plus activement sur les moyens de maximiser la santé mentale de leurs employés en proposant des programmes de mieux-être axés sur le bien-être émotionnel et mental de leurs employés. « Ils comprennent qu’il est acceptable de ne pas se sentir bien, et veulent soutenir le bien-être de leurs employés. Cela peut avoir un effet positif sur la productivité au travail, le taux d’absentéisme et le moral des membres de l’équipe » dit M. Kennedy. Bien que l’augmentation des maximums pour les services de consultation en santé mentale soit toujours une bonne option, les membres du comité consultatif du sondage Sanofi recommandent également que la formation en santé mentale s’étende au-delà du soutien lié aux maladies mentales pour inclure des mesures préventives telles que la formation à la résilience. Par ailleurs, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) en ligne est également une option prometteuse qui s’est révélée efficace pour réduire la durée des congés. Le rapport de TELUS Santé souligne que les employeurs ont l’occasion de fournir une offre de régimes d’avantages sociaux plus complets pour inclure des mesures de soutien en santé mentale et en bien-être qui va au-delà du remboursement des médicaments. Pour la jeune génération d’employés, cette approche peut produire de meilleurs résultats en matière de santé mentale et permettre à toutes les parties prenantes d’en tirer un avantage financier à long terme.

Les points clés à retenir :

  • Une attention accrue doit être accordée au bien-être émotionnel et mental des jeunes employés. Ils signalent des niveaux de stress plus élevés, ce qui les rend plus vulnérables aux maladies mentales.
  • Le rapport de TELUS Santé note une augmentation significative du nombre de demandes de règlement liées à la santé mentale ainsi qu’une utilisation accrue de médicaments pour des problèmes de santé mentale chez les plus jeunes employés en 2019.
  • Bien que cette tendance soit préoccupante, elle signifie également que les jeunes employés pourraient être plus disposés à affronter leurs problèmes de santé mentale et à obtenir plus rapidement l’aide dont ils ont besoin.
  • La santé mentale des employés suscitant un intérêt croissant, les employeurs et les assureurs multiplient les initiatives axées sur le mieux-être et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, tout en proposant une approche plus complète des traitements et de la prévention en matière de santé mentale.
  • Restez informé

    Tous les plus récents articles envoyés directement dans votre boîte de réception.
    S’inscrire

    Nous allons vous envoyer des newsletter
    Toutes les communications vous seront faites de la part de TELUS Santé.

    Tous les champs sont obligatoires