Le point sur les biosimilaires : la substitution à l’horizon?

Selon les dernières données de TELUS Santé sur les demandes de règlement, le pourcentage de nouveaux réclamants qui prennent Brenzys ou Erelzi, des biosimilaires d'Enbrel, a quadruplé au cours de la dernière année, passant de 8 % à 31 %. Cela se traduit par une hausse de 21 % des coûts admissibles pour les nouveaux réclamants, par rapport à 4 % (voir graphique). La prescription de Grastofil, un biosimilaire de Neupogen, a doublé, représentant 51 % des nouveaux réclamants et 47 % des coûts admissibles pour les nouveaux réclamants. La part de marché relativement élevée de ce médicament est en partie attribuable au fait qu'il est habituellement utilisé comme traitement d'urgence et que les questions courantes entourant la substitution ne s'appliquent donc pas. Tous les patients sont essentiellement de « nouveaux » patients. Enfin, Inflectra, le premier important biosimilaire approuvé au Canada (biosimilaire de Remicade, médicament générant le…
S’inscrire

Nous allons vous envoyer des newsletter
Toutes les communications vous seront faites de la part de TELUS Santé.

Tous les champs sont obligatoires