Faits saillants du Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé 2018.

La réévaluation des besoins et des avantages sociaux offerts aux participants des régimes au chapitre de la prise en charge des maladies chroniques et l’importance pour les promoteurs de se fixer des objectifs à l’égard de leur régime sont parmi les principaux thèmes mis en lumière dans le rapport sur le Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé 2018. Le rapport complet ainsi qu’une présentation et un résumé graphique sont publiés au www.sanofi.ca.

Cinquante huit pour cent des participants aux régimes canadiens qui ont répondu au sondage qualifient leur régime de soins de santé d’excellent ou de très bon, ce qui représente une hausse par rapport aux 48 % enregistrés l’an dernier et rappelle les résultats d’il y a dix ans. Les participants qui ont un compte de soins de santé (73 %), bénéficient de programmes de promotion du mieux être au travail (72 %) ou éprouvent de la satisfaction au travail (66 %) étaient les plus susceptibles de se montrer positifs à l’égard de leur régime de soins de santé.

On constate toutefois que tout juste 48 % des participants en mauvaise santé ont accordé une bonne note à leur régime, un résultat qui persiste d’année en année. Cette tendance a incité les membres du conseil consultatif chargé du sondage à proposer une réévaluation des régimes de soins de santé du point de vue de ceux qui en ont le plus besoin. « Les employés en mauvaise santé continuent d’être moins satisfaits de la valeur de leur régime. Ce sont eux, en fait, qui ont le plus besoin du régime, mais nous ne tenons peut être pas toujours compte de leurs expériences parce qu’ils se fondent dans la majorité des employés qui sont relativement en bonne santé », souligne Chris Bonnett, conseiller principal à H3 Consulting et membre du conseil consultatif.

Cette année encore, les résultats du sondage font aussi ressortir le manque de sensibilisation aux maladies chroniques. Les promoteurs estiment que 29 % de leur main d’œuvre souffrent d’une maladie chronique ou d’un problème de santé, alors qu’en réalité, 58 % des participants affirment qu’un médecin leur a déjà dit qu’ils avaient un problème de santé. La présence de maladies chroniques augmente à 67 % parmi les participants âgés de 55 à 64 ans.

Les résultats du sondage de 2018 indiquent également qu’il faut prendre en compte les répercussions des maladies chroniques sur le travail. Près de la moitié des participants atteints d’une maladie chronique (47 %) déclarent qu’ils ont dû s’absenter du travail ou qu’ils ont trouvé leur travail plus difficile en raison de leur état de santé, ce qui représente une hausse par rapport aux 38 % enregistrés en 2016. Ce chiffre grimpe à 72 % parmi les répondants atteints d’une maladie mentale.

Quatre participants sur cinq (84 %) atteints d’une maladie chronique aimeraient en savoir davantage sur leur état de santé et les traitements offerts, un résultat qui demeure inchangé par rapport à 2016. Par ailleurs, quatre promoteurs sur cinq (79 %) aimeraient que leur régime de soins de santé soutienne davantage les participants qui souffrent de maladies chroniques, et 77 % se disent préoccupés par l’incidence des maladies chroniques qui ne sont pas prises en charge sur la productivité.

Les promoteurs qui ont des objectifs précis pour leur régime de soins de santé jouent manifestement un rôle plus actif, se disent plus satisfaits de leur régime et ont plus à cœur de soutenir le bien être de leurs employés que ceux qui n’ont pas d’objectifs. Ils sont aussi plus susceptibles de :
– décrire la qualité du régime comme étant excellente ou très bonne (69 % contre 46 % des promoteurs qui n’ont pas d’objectifs);
– penser que le régime contribue au maintien d’une main-d’œuvre productive (69 % contre 39 %);
– recevoir des analyses des données des demandes de règlement qui révèlent les principaux problèmes de santé (68 % contre 44 %);
– vouloir que leur régime soutienne davantage les participants qui souffrent de maladies chroniques (89 % contre 66 %);
– prévoir d’investir davantage dans l’éducation sur la santé ou les programmes de promotion du mieux être au cours de la prochaine année (68 % contre 30 %).

Le rapport aborde de nombreux autres sujets, notamment les perceptions qu’ont les participants de la valeur de leur régime et leur estimation des coûts de leur régime d’assurance médicaments, les efforts des participants pour faire un suivi régulier de leur santé et leurs expériences en matière de niveaux élevés de stress, les principales préoccupations des promoteurs à l’égard du régime de soins de santé et les tendances en matière de programmes de promotion du mieux être au travail. Le rapport de cette année présente en outre dix appels à l’action formulés par le conseil consultatif à l’intention des promoteurs de régime et de leurs fournisseurs de services.

  • Restez informé

    Tous les plus récents articles envoyés directement dans votre boîte de réception.
    S’inscrire

    Nous allons vous envoyer des newsletter
    Toutes les communications vous seront faites de la part de TELUS Santé.

    Tous les champs sont obligatoires