Comment faire évoluer la formation en santé mentale au travail.

Selon les résultats du Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé 2019, il semble que la santé mentale des employés soit devenue la priorité d’un nombre croissant d’employeurs. « Je constate une sensibilisation accrue envers les troubles de santé mentale dont nous pourrions tous souffrir à un moment ou à un autre, et envers leur prise en charge », dit Marie-Hélène Pelletier, psychologue praticienne, conseillère et conférencière principale sur la résilience des dirigeants.

Cinquante et un pour cent (51 %) des preneurs de régime ont indiqué avoir instauré un programme de formation sur la santé mentale pour les gestionnaires et/ou les employés, ce qui représente une augmentation de 37 % par rapport à 2018 selon le Sondage Sanofi. La taille de l’entreprise est un facteur : le résultat passe à 73 % chez les employeurs de 500 employés ou plus, comparativement à 30 % chez les employeurs de moins de 250 employés.

La santé mentale occupe une place prépondérante dans les activités futures. Parmi les preneurs de régime (71 %) qui ont l’intention d’investir dans au moins un domaine relatif au bien-être des employés au cours des trois prochaines années, 61 % ont répondu que c’est à la santé mentale qu’ils sont le plus susceptible d’affecter des fonds et des ressources.

Les statistiques sont incontestablement encourageantes selon Karen MacNeill, psychologue praticienne et cofondatrice de Headversity qui a présenté des stratégies en matière de santé mentale au travail lors de la conférence annuelle de TELUS Santé plus tôt cette année. Pourtant, il est important que les employeurs investissent au bon endroit et adoptent une approche stratégique. « Nous constatons une augmentation générale du niveau de stress, en partie causée par la technologie intelligente. Le monde change, et la formation en santé mentale doit évoluer elle aussi. »

MacNeill et Pelletier présentent les suggestions suivantes pour aider les employeurs à offrir un meilleur soutien en santé mentale à leurs employés :

Prévention et proactivité. Les premiers programmes de formation en santé mentale étaient axés sur la façon de reconnaître les employés souffrant de troubles mentaux et sur la façon de répondre à leurs besoins. Bien que ces éléments demeurent importants, la formation sur la résilience – qui comprend le développement de compétences personnelles comme la pleine conscience et la maîtrise des émotions – mérite autant d’attention puisqu’elle peut prévenir des troubles de santé mentale. « La résilience est la capacité à tolérer le stress et à faire face aux défis qui se présentent, tout en donnant son meilleur rendement possible », explique MacNeill.

Se regarder dans le miroir. « Alors que nous examinons la formation en santé mentale au travail, nous devons aussi prendre du recul et jeter un regard objectif sur la santé mentale du travail », insiste Pelletier. Les actions doivent être examinées au niveau de l’individu, de l’équipe et de l’employeur. Des sondages menés auprès des employés, une formation sur les compétences personnelles, la modélisation du rôle de gestionnaire et des politiques des ressources humaines peuvent aider à poser les bases d’un environnement de travail psychologiquement sain.

Être stratégique. Les ateliers uniques et les campagnes de sensibilisation annuelles ne suffisent pas. Collaborez avec un fournisseur pour élaborer un plan à long terme qui utilisera toutes les unités d’affaires pertinentes, comme le service des ressources humaines et le service de santé et de sécurité au travail. « Comme de plus en plus d’employeurs cherchent des solutions, il faut se conduire en acheteur averti sur le marché. Assurez-vous de vous associer à un partenaire qui offre des solutions reposant sur des preuves. », conseille MacNeill.

Utiliser la technologie pour engager les employés. Bien que la technologie numérique et les réseaux sociaux puissent représenter une source grandissante de troubles de santé mentale, ils sont aussi une façon efficace d’engager les employés à long terme — et l’engagement est essentiel pour un changement de comportement. « Certaines personnes consultent leur téléphone des centaines de fois par jour. Nous devons les joindre de la meilleure façon », indique MacNeill. Les applications pour téléphones intelligents doivent être interactives et donner suite aux messages importants transmis pendant les ateliers qui lancent généralement les programmes de formation en santé mentale.

Examiner la situation globale en santé. « Il est important d’intégrer la santé mentale, physique et financière puisque c’est ce qui correspond à la vie des gens; les trois sont reliées entre elles », affirme Pelletier. Le soutien en matière de santé financière est relativement nouveau dans les programmes de bien-être des employeurs et il pourrait nécessiter plus d’attention au moment de l’affectation des ressources.

  • Restez informé

    Tous les plus récents articles envoyés directement dans votre boîte de réception.
    S’inscrire

    Nous allons vous envoyer des newsletter
    Toutes les communications vous seront faites de la part de TELUS Santé.

    Tous les champs sont obligatoires